Famille
Demande de documentation gratuite et sans engagement
Je souhaite recevoir

Cliquez ici
une documentation
Gratuite et sans engagement

Comment choisir son contrat d’assurance vie ?

Avec plus d’un million deux cent mille euros de dépôts, l’assurance vie n’est autre que la première solution d’épargne en terme financier, devant le Livret A.

Avantages fiscaux, exonération des droits de succession et épargne restant disponible par le biais de rachats, tout en offrant un rendement supérieur aux livrets réglementés, il n’en faut pas davantage pour expliquer son succès actuel.

Ouverte aux enfants mineurs pour préparer une épargne au rendement intéressant, l’assurance vie permet, également, de préparer sa retraite ou de se constituer une épargne en vue d’un projet.

Aujourd’hui, sa souscription peut être réalisée soit auprès d’un banquier traditionnel, soit via les nouveaux établissements financiers nouvellement arrivés sur Internet. Toute la difficulté réside alors dans le choix du contrat, à comparer au regard des rendements, des frais, mais aussi des placements proposés.

Ce choix est d’autant plus important que s’il est possible de détenir plusieurs contrats, il est en revanche impossible de les transférer d’un établissement à un autre.

La comparaison des frais en assurance vie

Jusqu’il y a encore peu, seuls les établissements traditionnels proposaient ce type de contrat d’épargne. Les rendements en sont garantis mais les frais nombreux et parfois élevés. Une donne qui a quelque peu changé avec l’arrivée de nouveaux acteurs sur ce secteur particulièrement concurrentiel : les assureurs en ligne. Des frais moindre, des avantages sur les versements… ne reste plus alors qu’à comparer pour faire un choix averti.

Premiers frais facturés par tous, les frais de gestion. Généralement compris entre 0,6 % et 1 %, ils sont fonction du choix de support réalisé et traditionnellement prélevés sur le montant total du capital placé, ce annuellement. Lors de la comparaison des performances de chaque acteur, ces frais sont généralement pris en compte pour l’indication des performances nettes moyennes.

Autres frais facturés par tous les professionnels, les frais d’arbitrage. Ceux-ci concernent le changement de support au sein du même contrat et sont uniquement appliqués sur les multisupports. Leur coût se situe en moyenne entre 0,25 et 1 % du capital. De plus en plus d’établissements, notamment sur Internet, proposent cependant la gratuité d’un arbitrage par an, permettant ainsi une économie substantielle, surtout pour les petits épargnants.

Trois autres frais sont également prélevés, notamment les frais d’entrée. Ceux-ci sont en moyenne compris entre 2 et 3 % du capital. Ils restent, en outre, négociables et non facturés par la majorité des banques en ligne. Ces derniers appliquent la même politique au sujet des frais sur les versements périodiques, devenant alors inexistants. Ils sont, cependant, toujours prélevés chez les établissements traditionnels.

Enfin, lors du rachat de contrat, des frais peuvent également être prélevés, suivant l’assureur.

Autant de prélèvements donc à bien analyser avant d’arrêter son choix mais pas seulement, car le rendement mais aussi l’expérience de l’établissement en assurance vie sont également d’excellents indicateurs.

Les différents types de contrats

Plusieurs types de contrats sont, pour leur part, disponibles sur le marché de l’assurance vie, tout comme les supports proposés. Des offres qui sont d’ailleurs les mêmes, que ce soit en ligne ou en agence physique, seuls les services proposés et les frais variant.

Ainsi, deux contrats distincts sont proposés, le contrat collectif et le contrat individuel nécessitant impérativement de bien regarder la désignation de l’assurance vie avant de signer.

Le contrat individuel est conclu directement entre l’assureur et l’assuré. Les termes sont alors clairement stipulés et surtout, ne peuvent plus évoluer une fois le contrat signé. Ces assurances vie sont aujourd’hui les plus souvent proposées.

Les contrats collectifs, pour leur part, sont conclus entre l’assureur et une personne morale, souvent une association, auprès de laquelle adhère l’assuré. Les modifications du contrat sont possibles, mais uniquement vues entre l’établissement banquier et le souscripteur, l’assuré n’ayant, de ce fait, aucun pouvoir de décision. Toute modification au contrat lui est transmise trois mois avant sa mise en application. S’il refuse, son contrat est alors clos. Cependant, de nombreux assureurs présents sur Internet font désormais paraître une clause dans le contrat prévoyant qu’aucune modification ne sera réalisée.

Une fois le type de contrat effectué, vient alors celui du support. En effet, les assurances vie sont de trois types distincts, correspondant chacun à un profil d’investisseur. Le premier n’est autre que le fonds en euros. Celui-ci a l’avantage de garantir l’épargne de ses détenteurs. En revanche, les gains sont, eux, modérés.

Autre solution, le contrat multisupport. Ce dernier se compose à la fois de fonds en euros et d’unités de comptes, souvent des actions ou encore des valeurs immobilières. Chacun peut alors répartir son capital à sa convenance, en mesurant les risques pris. En effet, les placements en actions ne sont, eux, pas garantis et sont dépendants de l’évolution de la bourse. Ils peuvent conduire d’un côté à un rendement élevé, mais aussi à des pertes de capital dont chaque souscripteur se doit d’être conscient. Des arbitrages peuvent par la suite être réalisés à tout moment. Depuis 2005, l’amendement Fourgous permet désormais de transférer, chez le même assureur, son compte en fonds euros en contrat multisupport, sans perte des avantages acquis depuis l’ouverture du contrat et généralement sans frais facturés par les établissements financiers.

Enfin, dernier support proposé, celui en unités de comptes. Ces fonds ou supports d’investissement offrent les rendements les plus élevés, mais aussi les plus grands risques. sicav, FCP, sociétés civiles immobilières ne garantissent en effet aucun résultat. Il est alors souvent conseillé d’associer ces placements à des assurances garantissant au minimum la restitution du versement de capital aux bénéficiaires lors du décès de l’assuré.

Le choix de contrat d’assurance vie

Dans tous les cas, il est donc préférable de choisir son assurance vie suivant les risques que l’on accepte de prendre. En effet, si l’objectif est de placer un capital en vue d’un projet ou de sa retraite, la prise de risque devra s’avérer calculée.

De même, il sera inutile de se tourner vers un contrat proposant quelque 500 fonds si le placement souhaité reste modéré.

Enfin, il est également bien souvent conseillé de répartir les risques en ouvrant plusieurs contrats dans différents établissements.

Cliquez ici
une documentation
Gratuite et sans engagement

D'autres articles sur l'assurance vie

Assurance vie, les avantages entre pacsés

Assurance vie

L’assurance vie reste une épargne pour tous et le moyen de transmettre un capital à la personne de son choix, y compris à des tiers (Lire la suite…)

LinXea le spécialiste de l’assurance-vie en ligne change de look

linxea

LinXea a modifié son site web avec une nouvelle interface plus claire et pratique, pourvue d’une nouvelle rubrique : « Good Morning LinXea ». Suivre l’actualité des placements (Lire la suite…)

L’ACP veille au respect de la loi concernant les clauses de revalorisation post-mortem des contrats d’assurance vie

acp

Veillant à ce que tout se déroule dans les règles en matière d’épargne notamment, l’Autorité de Contrôle Prudentiel vient de mettre le doigt sur un (Lire la suite…)

L’assurance vie marque le pas en Septembre

Selon les derniers chiffres fournis ce jour par la FFSA, la collecte en assurance vie a poursuivi son ralentissement en Septembre 2010 avec une collecte (Lire la suite…)

Fermer