Famille
Demande de documentation gratuite et sans engagement
Je souhaite recevoir

Cliquez ici
une documentation
Gratuite et sans engagement

L’assurance-vie pour couvrir le risque dépendance

Afin de financer le risque de perte d’autonomie, la député UMP de Meurthe-et-Moselle et membre de la commission des Affaires Sociales de l’Assemblée nationale, Valérie Rosso-Debord, pense à l’assurance-vie.

A l’occasion de la conférence sur la dépendance organisée le 6 mars dernier, Valérie Rosso-Debord a souhaité replacer les assurances au centre du débat sur le financement de la dépendance.

La dépendance représente actuellement en France un budget de 25Mds d’euros. L’Etat pourvoit quasiment à l’intégralité du coût de la perte d’autonomie avec une participation à hauteur de 24Mds d’euros. Les familles et les assureurs contribuent chacun pour moitié à hauteur d’un milliard. Cette répartition déséquilibrée n’est pas tenable à l’avenir d’autant que le nombre de personnes dépendantes va fortement progresser.

L’INED (l’Institut national d’études démographiques) estime que la population dépendante en France passera, en hypothèse basse, à 1,9 millions de personnes en 2060 et, en hypothèse haute, à 2,7 millions.

Inévitablement, les ménages vont devoir supporter eux-mêmes le coût de la dépendance.

En l’état, les assureurs hésitent à couvrir le risque dépendance mal quantifié et peu rentable. Dans ces termes actuelles, la garantie dépendance est une assurance à fonds perdus, reconnaît la député UMP. Certaines compagnies demandent à ce que la grille AGGIR soit révisée ou que le niveau de dépendance GIR 4 soit revalorisé.

Face à ces obstacles et le coût rédhibitoire d’une telle assurance pour les familles, madame Rosso-Debord ouvre la piste de l’assurance-vie, un instrument de financement de la perte d’autonomie qui apparaît plus avantageux. De plus, elle envisage que « Les taxes sur les contrats en rentes permettraient de libérer des fonds pour la dépendance ».

Il est fort à parier que cette alternative tombera dans l’oreille des candidats à la présidentielle car la dépendance pose un problème d’actualité qui sera à régler lors du prochain mandat.

Cliquez ici
une documentation
Gratuite et sans engagement

D'autres articles sur l'assurance vie

L’ACP veille au respect de la loi concernant les clauses de revalorisation post-mortem des contrats d’assurance vie

Veillant à ce que tout se déroule dans les règles en matière d’épargne notamment, l’Autorité de Contrôle Prudentiel vient de mettre le doigt sur un (Lire la suite…)

Malgré un marché en baisse, la Carac sert toujours les mêmes performances

En tant que première mutuelle d’épargne, la Carac se doit d’essayer toujours d’apporter les meilleures performances possibles à ses adhérents, raison pour laquelle celle-ci a (Lire la suite…)

Les difficultés de l’AFER face à la diminution du rendement de son fonds en euros

Créée en 1976, l’Association Française d’Epargne et de Retraite, plus connue aujourd’hui sous ses initiales AFER, commercialise, depuis sa création, un contrat d’assurance vie multisupports (Lire la suite…)

Les Français envisageraient de renoncer à l’assurance vie si sa fiscalité venait à s’alourdir

Ne cessant de connaître des rebondissements et de susciter des craintes de part et d’autre, auprès des principaux acteurs de ce secteur mais aussi des (Lire la suite…)

Fermer